LEISURE BIRDS “TETRAHEDRON” LE 18 AOÛT SUR TOTALLY GROSS NATIONAL PRODUCT

Posted on Juin 25, 2014 in NEWS, promo tous medias
LEISURE BIRDS “TETRAHEDRON” LE 18 AOÛT SUR TOTALLY GROSS NATIONAL PRODUCT

Minneapolis.

Il semblerait que cette ville soit le nouvel eldorado pour les dénicheurs d’artistes qui ne laissent pas indifférents ces derniers temps. Le label Totally Gross National Product regroupe notamment les projets des acolytes de Poliça et Marijuana Deathsquads (Drew Christopherson, Ryan Olson..) qui sont simplement en train de transgresser les limites des genres avec leurs expérimentations poussées. Une scène grouillante de projets splendides.

Leisure Birds en font partie. Le groupe regarde face à un futur grand ouvert. Leurs grooves synthétiques pourraient évoquer des souvenirs brumeux de Krautrock et autres expérimentations 70’s mais leur esthétique s’écarte de l’essouflement inexorable de l’actuelle scène Psychédélique. Leisure Birds déjouent les pièges installés par un genre fatigué commençant à se faire vieux.

Weed Temple écrit: “Leisure Birds ramène l’espoir dans l’existance et le futur du rock psychédélique”

Faisant suite à leurs LPs “Copper Scroll” (Totally Gross National Product, 2010) et “Globe Master” (Moon Glyph, 2012), Leisure Birds continuent leur trajectoire vers l’extérieur avec leur troisième LP “Tetrahedron”, une co-sortie par Moon Glyph et Totally Gross National Product. Utilisant des mélodies simples, des rythmes hypnotiques et des synthétiseurs analogiques savamment élaborés, Tetrahedron construit un monde à la limite entre fiction et réalité. Decoder Magazine décrit Leisure Birds comme “un sci-fi Wonderfuck (sic) trop somptueux pour qu’on en lise à son propos”

Attardez-vous sur les titres “Miner of Light” – “Waveforms“ et “Patterns”, on vous laissera en juger à leur simple écoute.

 

Interview du groupe et première video “Waveforms” sur

“Alchimie des instruments amplifiés, production de cathédrale, groove de blanc en descente d’acide et d’organes, psychédélisme soft ouvrant sur l’espace à la manière de Hubble scannant l’infini à la recherche d’un battement de cœur.”

RSS
Facebook
Facebook
LinkedIn
LinkedIn
Instagram